Une erreur est survenue dans ce gadget

mardi 6 décembre 2011

Hessel, Xé, Bol, Mu et les autres…

Stéphane Hessel en  1936
La semaine dernière, je suis allé renifler du côté de la Maison des Syndicats d’Évry, histoire de rencontrer un certain Stéphane Hessel à l’occasion des « Huit heures pour la Palestine ». Après « cette merveilleuse rencontre » je suis allé, le lendemain, avec ma copine double Mu, chez nos amis Bol et Xé pour s’indigner ensemble et voir les actions communes que nous allions mener d’ici la Noël. Bol en a profité pour nous présenter sa dernière création vidéo : une animation robotique et poétique que je vous invite à partager avec vos amis… Xé, de son côté, a participé activement à l’hommage rendu aux gitans victimes du camp d’internement de l’Autodrome de Linas-Montlhéry qui a tout de même fermé en 1946 ! Enfin, j’ai reniflé sur la Toile quelques fragrances subversives qui ne vous laisserons pas indifférents : c’est parti !



Stéphane Hessel à Évry :
rencontre avec 
un « merveilleux diplomate »
















Lorsque je me pointe vers 14h samedi dernier à la Maison des Syndicats d’Évry, la salle de conférence est en ébullition. Un bon nombre d’associations culturelles et humanitaires ont répondu présents à l’appel d’Évry-Palestine qui organise sa manif annuelle. Tout ce joli monde s’affaire à mettre en place les stands, les panneaux de photos, à affiner les derniers réglages de la sono… Arrivé un peu en avance, je poireaute en attendant Yvette qui doit ramener le matos de notre stand pasqu’on est invité aussi. J’épingle donc mon badge LDH « à la boutonnière » histoire de me faire repérer (je ne connaissais personne) et je me m’assoie derrière une table disponible, juste à l’entrée de la salle de conférence… Au bout de quelques instants, un sympathique organisateur barbichu et largement sexagénaire vient me voir, me reluque et me dit : « Ah, vous êtes la LDH ! » Ben oui lui répondis-je d’un ton enjoué : on s’installe où ? « Bah ici, puisqu’il n’y a personne » qu’il me dit ! Impeccable : on a donc eu le meilleur emplacement de ces « 8 heures pour la Palestine » !

Ambiance festive
crédit photo : pcf évry


















Dehors, il fait un temps à ne pas mettre « un tcha-dehors ». Il flotte et ça pèle les meules. Yvette déboule, épuisée, agacée : en pleine forme quoi ! Bientôt rejoint par Béatrice, on sort les tracts, les bouquins, on punaise les affiches, on scotche le drapeau puis on s’assoie et on boit un caoua ! Le temps passe, on discutaille avec Pierre-Paul-Jacques à propos des « médiasmensonges »… Un type voudrait bien une affiche de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948 mais il ne veut pas casquer les 5 euros « prix d’amis sinon c’est 8 ! » : même pas le prix d’un paquet de clopes, décidément les temps sont durs…Yvette remarque : « tu sais, Stéphane Hessel à participé à la rédaction de cette Déclaration… » Ah bon et ben on va lui offrir une affiche lorsqu’il se pointera rétorquai-je d’un air entendu. Le temps passe : il y a un peu de monde… Emmanuel Valls déboule avec son « attaché de fesse ». Le pleutre : il tente de me piquer une chaise pour son maître pendant que mes copines font un tour sur les autres stands ! Je l’envoie bouler et il me rétorque d’un ton de mange-merde : « Merci pour la solidarité ! ». Venant de la part d’un esclave d’un ultra-libéral, je me marre intérieurement…

Au nom des Droits de l’Homme
cliché béatrice "fumika"















Et pis il arrive, accompagné d’un sympathique sbire à la musculature saillante. Il est là, le sourire aux lèvres, un peu perdu : l’organisateur lui saute dessus et lui explique le programme. Il écoute et déclare tout de suite d’une voix douce : « je veux avant tout rencontrer les jeunes ! » la scène se passe à 1,28 m de ma petite personne, j’en ai les genoux qui rigolent ! Bientôt, la foule se presse autour de lui, on apporte des chaises… En l’espace de quelques minutes, c’est la cohue autour du plus célèbre des Indignés assis avec nous sur notre stand ! Il parle doucement sous le crépitement des flashs et les micros tendus. Yvette lui offre une affiche de cette fameuse Déclaration des Droit de l’Homme adoptée le 10 décembre 1948 par les Nations Unies auquel il a participé aux côtés de René Cassin et de Joseph Paul-Boncour. Tout ému, il nous serre les paluches : je lui bredouille un : « C’est un très grand honneur de vous accueillir ici aujourd’hui… ». Après je ne sais plus, il me tient la main, me parle… Un truc passe, indéfinissable. Cet homme a une aura extraordinaire : il respire l’amour, l’humanisme avec une force et une conviction au delà de tout ce que j’ai pu ressentir jusqu’ici.

Une juste cause
cliché béatrice "fumika"














Le dialogue s’engage, les rencontres se succèdent pendant plus d’une heure. Stéphane Hessel parle doucement, utilise des mots simples « qui ont du sens ». L’homme s’exprime en français comme en anglais suivant ses interlocuteurs. Bien sûr, on cause de la situation indigne des palestiniens mais aussi de la politique internationale désastreuse du gouvernement français à l’égard de « ce peuple sans pays ». Concernant les positions de l’opposition : « J’ai rencontré les socialistes… Ce sont des lâches… Sauf Martine Aubry mais elle n’a pas remporté les primaires…». Stéphane Hessel s’inquiète de la reconnaissance par l’ONU de la Palestine comme nation à part entière. Le processus vient de franchir une nouvelle étape : le 23 novembre dernier, la Commission des Affaires humanitaires, sociales et culturelles, par 166 voix pour, a voté pour le droit des Palestiniens à l’autodétermination. Avec cette résolution, « c’est la réaffirmation qu’une majorité dans le monde soutient la création d’un État palestinien indépendant. » Les États-Unis, Israël, le Canada, les Îles Marshall et la Micronésie s’y sont opposés et quatre pays se sont abstenus : le Venezuela, Haïti, le Togo et le Cameroun. Stéphane Hessel se réjouit également de la récente adhésion du pays à l’UNESCO mais reste inquiet : « Une large majorité des 193 pays qui composent l’ONU sont d’accord pour reconnaître la Palestine… Mais cette décision appartient aux 15 membres qui forment le Conseil de Sécurité…Alors ? ».

Une tribune pour la Paix
cliché béatrice "fumika"
Stéphane Hessel se relève à l’invitation des organisateurs pour gagner la tribune. Il s’arrête devant les panneaux de l’exposition et le dialogue s’engage de nouveau avec la foule. A ce moment là, la salle est complète : ambiance « sardine en boite » ou « collé serré » suivant qu’on soit marin pêcheur ou antillais (et pourquoi pas les deux !?). Une bonne demi-heure plus tard, le diplomate parvient enfin à la tribune sous une standing ovation qui n’aura de cesse de se répéter au fil de ses interventions. Le dialogue s’engage avec les édiles palestiniennes mais aussi et surtout avec de jeunes et courageux activistes, « de merveilleux anarchistes » s’émue le diplomate. Pendant qu’Yvette et Béatrice se rapprochent de la tribune pour entendre le propos humaniste de l’ancien membre du Conseil National de la Résistance, moi je garde le stand… Qui aurait pu se garder tout seul d’ailleurs vu que la foule s’était agglutiné et me tournai le dos pour écouter le débat ! Lors de ses interventions, Stéphane Hessel a brandi plusieurs fois l’affiche enroulée que nous lui avions donnée en citant la déclaration « que l’on m’a offerte ici » : Yvette, Béatrice et moi : on était sur un nuage à chaque fois… Imaginez l’ambiance ! Au terme d’un dialogue constructif avec les jeunes et les « anciens jeunes », le diplomate a conclu le débat par une allocution solennelle, remémorant les grandes étapes de l’histoire de cette partie du monde. Il a notamment souligné la responsabilité des « pays industrialisés coupables encore aujourd’hui de freiner le processus de paix » et de leurs comportements colonialistes tout au long de l’histoire. A l’issue de cette allocution effectuée « de main de maître » sans aucune note, le vieil homme au regard brillant s’est levé, a frappé la table du poing et a lancé à l’attention du public un magistral « INDIGNEZ-VOUS ! » que je n’oublierai jamais.

Pour en savoir +


L’intervention (audio) de Stéphane Hessel :
http://opossumevenement.free.fr/8heures_palestine/stephane_hessel.mp3
Le site des organisateurs :

Amitié Franco Palestinienne :

Un site d’infos essentielles :

La LDH soutien les Palestiniens :



Le Lobolab de l’ami Bol !


Moi j’aime bien ce qu’il fait mon pote Bol : avec trois bidules ramassés ici et là, il te fabrique des univers qu’il anime ensuite, image par image, pendant des heures pour nous pondre de remarquables films d’animations. Alors, l’artiste dessine beaucoup et a notamment exposé au printemps dernier une série de monochromes des plus subversifs : j’espère qu’il va mettre quelques photos de l’expo sur son site afin de ravir votre curiosité. En attendant, c’est un type « bien » :il vient avec moi jeudi matin pour distribuer du café et des gâteaux aux « étrangers de chez nous » frigorifiés qui ont fait la queue toute la nuit devant la préfecture d’Évry pour obtenir un papelard : c’est annoncé dans la colonne de droite de ce blog reniflant ! Alors il faut diffuser cette première animation intitulée « la Nef 01 » auprès du plus grand nombre… Comme ça il deviendra célèbre et nous invitera tous au restaurant !

Pour en savoir +

Le Site de l’artiste :

Sa chaîne Youtube :



Gens du Voyage « internés » :
un hommage appuyé
"je t'aide à enjamber les haies, à ne rien céder de nos rêves" paul éluard



















Il y en avait du monde le 27 novembre dernier lors de l’inauguration d’une stèle à la mémoire des 40 familles de gitans internés à l’autodrome de Linas Montlhéry. Tous en rang d’oignon derrière le préfton : les édiles, les élus, les bonimenteurs politiques…Mais il y avait aussi les Voyageurs, les Gitans, les Tziganes, les « nomades sédentarisés » richissimes ou rabouins, Industriels ou pousses-mégots et les gadgos et gadgés « biens » des associations et des collectifs de défense de la cause nomade… Tout le monde était ému devant la gare de Brétigny sur Orge face à l’œuvre de Jean-François Donati réalisée « avec le huitième secteur de psychiatrie de l’Essonne (Fleury-Mérogis, Morsang-sur-Orge, Grigny) grâce à l’association Les Temps Mêlés, pour concevoir « avec des personnes qui connaissent la souffrance » une maquette qui a ensuite été transformée en aluminium, dans la fonderie d’art de Montlhéry. » comme l’écrit le sémillant Julien Monnier sur le blog Essonne Info, l’un des rares média à avoir rendu compte de l’évènement.

Une histoire toujours occultée
J’ai beau eu chercher sur les pages consacrés à l’histoire de l’autodrome de Linas Montlhéry sur le blog de François Pelletant, le sémillant maire et conseiller général « débarqué » de Linas, je n’ai rien trouvé sur le fait que l’autodrome, géré aujourd’hui par l’UTAC, a servi de camp de transit pour les populations tziganes à destination des chambres à gaz… Ho bien sûr, il s’insurge à propos d’Haïti, à propos de Gaza, à propos de tout un tas de trucs lointains… Mais sur le pourquoi du comment il y a des manouches sédentarisés sur sa commune et autour : pas un mot, niet. Remarquez, je me trompe peut-être mais alors c’est comme les fouilles archéologiques : faut creuser profond sous la cave…

Petit rappel historique
camp de montreuil-bellay cliché de housseau


















Du 27 novembre 1940 au 10 mai 1946, ce sont des dizaines d’hommes, de femmes, d’enfants et de vieillards qui ont donc été internés et/ou ont « transités » dans les baraquements pourris de l’autodrome bâti par Gamblin. Malnutrition, froid, manque d’eau et de soins malgré la présence d’une infirmière « sans moyen » : les plus faibles meurent sur place. Ce sont bien sûr les bébés, les femmes enceintes, les personnes âgées. Tous cela sans aucune présence allemande mais sous la surveillance d’une cinquantaine de gendarmes français sous le commandement d’un commissaire de police de Versailles puis de quatre inspecteurs et enfin d’un « officier de paix » d’Argenteuil… Décidément, on en commet des crimes et des atrocités au nom de la « Paix » !

Après le génocide, la chasse continue !
"la caravane de la joie" monochrome par Bol
















L’histoire ne s’arrête malheureusement pas avec la fin de la Seconde Guerre Mondiale. « Après la guerre, alors qu’ils sont dans le plus grand dénuement, les « internés » se heurtent à un silence du déni concernant leur internement. Ils ont été spoliés de leurs biens et n’obtiennent aucune indemnisation » explique Isabelle Ligner, une journaliste (qui fait un sacré bon boulot), membre du Collectif pour la Commémoration de l’Internement des Tsiganes et Gens du Voyage au camp de Linas-Montlhéry. Non seulement la tragédie empreinte de collaboration et de spoliation est étouffée mais en plus, les nouveaux « libérés » se retrouvent contraints de « circuler ailleurs » et retrouvent leurs « carnets anthropométriques » et les interdictions communales de stationner. Ils n’ont plus de terrains, plus de roulottes, plus rien que les yeux pour chialer et de vieilles guitares pour les accompagner. Certains sortiront les flingos pour becter : ils finiront en taule voire sur l’échafaud…

Sédentaires par obligation
raymond gurême et ses amis lors de la cérémonie














Le 1er août 1947, le Ministre de l’intérieur Jules Moch, (célèbre pour avoir ordonné les massacres de manifestants lors des grèves de novembre1947) procède dans un but répressif à un nouveau recensement des nomades par commune et par département. Deux ans plus tard, il ordonne un recensement des terrains de stationnement réservés aux populations nomades. Dans ce contexte répressif, beaucoup de Gens du Voyage arrêtent paradoxalement de voyager et cherchent à se fixer. « Lorsqu’ils y parviennent, ils sont loin d’en avoir fini avec ce statut et avec la police et la gendarmerie » explique Isabelle Ligner. L’après guerre s’avère sans pitié pour ces victimes « non reconnus » d’un génocide quasiment passé sous silence… Cette sédentarisation pour échapper à la répression explique donc le pourquoi du comment les descendants des Voyageurs devenus « immobiles » viennent crotter de temps à autre les zolis souliers vernis du maire de Linas, mais aussi ceux des élus de Leuville sur Orge, de Saint Germain les Arpajon, de Montlhéry, de la Ville du Bois, de Brétigny sur Orge mais aussi d’Ollainville, de Breuillet…

Et aujourd’hui ?
rassemblement évangéliste tzigane


















En juillet 2010, la reconnaissance tardive de l’internement des nomades par l’Etat français « s’est trouvée noyée dans un concert de déclarations violentes au plus haut sommet de l’Etat ! » constatent les associations. Le 28 juillet, les principales autorités réunis autour de Nicolas Sarkozy n’ont pas hésité à faire l’amalgame entre Roms roumains et bulgares, citoyens européens ; Gens du Voyage, citoyens français « dont les noms de familles sont gravés dans la pierre des monuments aux morts de 14-18 » avec le concept même de délinquance. Nos « potes les gitans » sont de nouveau livrés à la vindicte populaire ! Le projet de loi liberticide LOPPSI 2 propose même dans son article 32terA, de discriminer une fois de plus les Gens du Voyage en leur sucrant le droit d’habiter en caravanes… La mobilisation des Gitans et des associations conduira à l’abrogation de l’article…
Aujourd’hui, en 2011, ils sont toujours considérés comme des « étrangers de l’intérieur » alors qu’ils vivent en France depuis des siècles « ont payé l’impôt du sang et contribué à bâtir la culture et l’histoire du pays » s’indigne Isabelle Ligner.

Un livre remarquable
disponible en librairie ou en ligne
Peu d’ouvrages ont été consacrés au sort sans pitié des nomades. Citons tout de même 4 bouquins référents : Les Tsiganes, une destinée européenne d’Henriette Asséo (Gallimard 1994) ; Les Tsiganes en France : un sort à part (1939-1946) d’Emmanuel Filhol et de Marie-Christine Hubert (Perrin 2010) ; Histoire de l’identification des personnes d’Ilsen About et de Vincent Denis (La Découverte 2010) et surtout : Interdit aux Nomades, le témoignage de Raymond Gurême écrit par Isabelle Ligner paru cette année chez Calmann-Levy. Ce bouquin me tient particulièrement à cœur car j’ai connu pendant mon enfance et mon adolescence les Gurême mais aussi d’autres familles de « manouches cartouches ! »… A l’époque, nous autres les gadgos : on ne savait pas… On s’interrogeaient quand même : « Pourquoi les Voyageurs sont toujours là ? » Il faudra attendre des décennies pour que l’insupportable, l’ignoble vérité éclate au grand jour après bien des combats se soldant par la reconnaissance officielle de l’Etat français de l’existence même de ce camp d’internement.

Un film pour montrer
Deux réalisateurs, Sandrine Frentz et Laurent Savariaut, ont partagé pendant des semaines le quotidien de ces hommes et de ces femmes, installés depuis bien avant 1900 en Essonne. Il en ressort « La fin du Voyage », un portrait croisé entre deux familles, l’une sédentaire, l’autre nomade. 

Voici donc le teaser de ce documentaire de 52 mn. 

Vous pourrez visualiser la totalité du film sur Télessonne aux dates suivantes : lundi 5 déc à 21h ; mardi 6 déc à 15h ; mercredi 7 décembre à 1h ; jeudi 8 déc à 15h ; samedi 10 déc à 0h ; lundi 12 déc à 17h et dimanche 18 déc à 17h30. Pour recevoir la « Télé essonnienne » : Orange TV (215) ; Free (217) ; Neuf TV (340) et BBOX (407) sinon http://www.telessonne.fr/webtv/

Pour en savoir +

Le site du collectif :

Ressources et actus :

A écouter sur France Culture :



En vrac sur la Toile virtuelle
Mais aussi dans le monde réel !



John Pike blues

trucages photos : indignés - diaporama : POPSmaroon- 
musique : Robert Johnson (1911-1938) "Hell hound on my trail" 
et "Devils Blues"- habillage : Le ReNiFleUr

John Pike est devenu le cops le plus célèbre de la planète en quelques jours et le plus détesté aussi ! Son exploit ? Avoir généreusement arrosé de gaz lacrymogène des manifestants, déjà arrêtés et assis à même le sol, du mouvement « Occupy Wall Street », qui s'étaient réunis sur le campus de l'université de Californie. La scène, filmée par plusieurs dizaines de témoins, a depuis et sous tous les angles fait le tour du monde : elle a été vue plus de 2 millions de fois sur YouTube. L’image symbolique du salaud de flic s’est rapidement transformée en œuvre d’art comme vous pourrez le découvrir dans cette petite vidéo…



La retraite dorée de nos oligarques


Ne croyez pas que la réforme des retraites imposée de force au peuple a été mise en place ad vitam æternam car elle s’inscrit de nouveau au cœur du débat « démocratique » en cette période de présidentielle. Notez donc l'extraordinaire faculté de nos hommes et femmes politiques à s'exonérer des réformes sociopathes qu'ils imposent aux citoyens !
Pour les dubitatifs et les soupçonneux, les données fournies dans le document ci-dessus sont assez faciles à vérifier : la vidéo a été réalisée par la branche française d'Ipol (site d'analyse politique) et les simulations effectuées par l'association Sauvegarde retraites. Rien de nouveau donc, seulement une « piqûre de rappel » comme dit ma copine Double Mu qui s’y connaît en piqouse…



Bientôt dans les manifs : 
l’exoflic du futur débarque !















« T’as pas vu la dernière trouvaille du Milipol pour les flics ? Harnachés dans leurs exosquelettes, les CRS vont avoir la force de 10 hommes pour dézinguer les récalcitrants » s’exclame ma copine Xé en sirotant son café ! Ben non, j’avais pas vu ! Ou plutôt j’avais pas reniflé ce bouzin depuis quelques années, depuis que j’avais visionné les Terminators et autres bestioles du genre Predator (le dernier opus sorti en 2010 est glauque et con à souhait : j’adore). Alors j’ai mené une petite reniflette sur le sujet…

Le Sarcos !


Lors de mes pérégrinations, je suis tombé sur le cul ! Figurez vous que l’un des projets les plus abouti en la matière est fabriqué par une boite qui s’appelle « Raytheon Sarcos » ! Je vous jure que c’est pas des conneries ! « Raytheon » : ça veut dire « Guéant » en Klingon ! C’est évidemment les ricains qui ont pondu ce bouzin dans le cadre de recherches militaires. Déjà en 2010 les gentils geeks du site d’info NowhereElse se gargarisaient des explications officielles : « Décuplant la force de l’humain harnaché de cette ossature métallique, l’Exosquelette Xos pourrait bien dans un avenir proche se révéler être un avantage militaire capital en zone de combats ». Quand « les zones de combats » seront situées dans le centre ville de Nantes, ils vont faire une drôle de gueule les gentils geekouilles nantais !

Hercule : s’il t’attrape, il t’enc… !


Hé oui, l’exosquelette françouais, présenté par la société bourguignonne Rb3d lors du dernier salon du matériel de bourreau « Milipol », a été baptisé du nom du dieu romain des biscotos et du neurone unique ! Admirez la zolie vidéo bien lissée réalisée par la Direction Générale de l’Armement. On nous présente le bouzin comme étant une sorte de super sac à dos pour porter sans effort des charges de 100 kg… Une brouette bio-ionique à la Steve Austin quoi ! Bah moi je vous dis qu’il faut arrêter de prendre les citoyens pour des cons et que le Milipol n’est pas le salon de l’agriculture ou du matériel de chantier ! Le plus triste dans cette histoire, c’est que la boite qui a pondu ce qui va nous casser la gueule demain était initialement une jeune entreprise innovante dans le domaine de l’assistance médicale aux handicapés… Remarquez : d’un côté il fabriquent et vendent des broyeuses d’os en situation et de l’autre des outils d’assistance aux fracassés : bien vu Serge Grygorowicz (le tôlier) parce que tous ça, ça fait un sacré paquet de fric pour tes escarcelles !

Pour en savoir +

Le site des fabricateurs de terminators :

Le site du fabricateur d’Hercule (qui n’en parle pas) :

Le portail officiel du Premier Ministre français (qui en parle) :

Un article rigolo sur les « exocerveaux » des dirigeants de l’UMP :



Réflexion sur les armes


« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » disait ce bon vieux Albert Einstein, ce à quoi Martin Luther King rajoutait : « Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons ». C’est un peu ce que l’on se disait l’autre jour avec ma copine Yvette de la Ligue des Droits de l’Homme : « Ce qui me désespère le plus, c’est l’inaction de la plupart des gens » ce à quoi j’abondais en renchérissant : « Les gens sont feignants par nature et c’est en parti de leur faute si on est dans la merde mais d’un autre côté on ne peut pas les blâmer car ils sont largement abrutis et aveuglés par des systèmes d’éducations et d’informations mis en place pour les empêcher de penser par eux-mêmes »… Alors je vous laisse le loisir d’apprécier cette vidéo réalisée il y a quelques années mais qui garde toute sa fraîcheur éditoriale…



Lettre ouverte des Anonymous


Les Anonymous : tout le monde en parle mais personne ne sait qui c’est ! Serait-ce des activistes ? Sûrement… Des indignés ? Il y a des chances… Des Anarchistes ? Peut-être… Des hackers ? Certains s’y connaissent en bidouilles informatiques : pour sûr ! Dans l'affaire Sony, les grands médias ont martelé à qui mieux mieux qu’il s’agissait d'un groupe restreint de personnes bien identifiées et organisées : mon cul ! En fait, les Anonymous : c’est toi, c’est moi, c’est n’importe qui n’importe où n’importe quand : « Créer c'est résister, résister, c'est créer ! » On n'enferme pas une idée...

Des groupes spontanés

















Alors de temps en temps se forment des groupes spontanés qui apparaissent aussi vite qu’il disparaissent ! Aujourd’hui, les banksters sont dans le collimateur et pour cause. Avec les hackers de laTeaMp0isoN une « opération Robin des Bois » est en cours. Son objectif : dérober de l'argent et des numéros de cartes de crédits aux banques : taper là ou ça fait mal…
« Dans une étonnante "fusion" baptisée "p0isAnon", le groupe se donne pour mission de "rendre l'argent à ceux qui ont été trompés par le système et plus important ceux qui ont été blessés par les banques". L'idée est, par le piratage, de "prendre les cartes de crédits et en faire dons aux Occupy ainsi qu'à diverses organisations caritatives dans le monde » explique Boris Manenti dans Le Nouvel Obs électronique du 29 novembre.

Rendez le fric !












Le message est clair : « Nous allons prendre ce qui nous revient ». et de préciser : « Les banques ont jeté les gens dans la rue. Lorsque les pauvres volent, on parle de violence, mais quand les banques nous volent, cela s'appelle des affaires ». Les Anonymous ricains se seraient déjà attaqué aux banques Chase, of America, et à la Citibank. « Nous allons vous montrer que les banques ne sont pas sûres. Nous n'avons pas peur de la police, des services secrets ou du FBI », expliquent-ils. Bon faut quand même qu’ils fassent gaffe… D’autres actions du même type pourraient être engagés en Europe, notamment dans les pays dont les banksters ont pris le pouvoir : la Grèce, l’Italie… Puis l’Espagne, le Portugal etc.



La désobéissance !


Enfin, pour conclure sur une note de gaieté, imaginez que cette politique fiction se réalise : « C'est la fin du système totalitaire marchand du capitalisme et du cancer libéral grâce aux mouvements de désobéissance partout dans le pays. Le gouvernement ne sait que faire... »
Voici donc un petit détournement, basé sur le film « La chute », sur le thème de la désobéissance... Cette vidéo est remarquablement bien faite, pleine d'humour mais surtout de vérités... Elle tape juste ! Visionnez-là sur Youtube pour apprécier pleinement la teneur de ses sous- titres… Et partagez sans vergogne !

6 commentaires:

  1. Ah quand même !

    Salut Renifleur ;-)

    RépondreSupprimer
  2. superbe "réflexion sur les armes, toujours aussi frais......

    RépondreSupprimer
  3. j'en ferais part à mon fils.....de cette réalité de notre monde actuel
    LeSeB

    RépondreSupprimer
  4. « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. »

    Tu cites Einstein. Il a raison.
    Aujourd'hui, on peut facilement trouver autour de soit, en cherchant sur le net, une assoc ou un collectif qui aide pour de vrais les gens, pas comme les politiques.
    ALORS POUR SE BOUGER LE CUL C'EST PLUS FACILE QU'AVANT !

    Avant, fallait chercher dans les botin, dans les canards municipaux voir les annonces...
    Et avant, il n'y avait pas cette diversité de collectif : des indignés aux amoureux du banc public, des défenseurs des étrangers comme des retraités, comme des jeunes sans boulot... Ou comme ATTAC ou des collectifs anti banque, pour le logement etc...

    IL Y EN A DONC POUR TOUS LES GOUTS ET TOUTES LES TENDANCEs SUIVANT SES OPINIONS;

    aLORS CEUX QUI N'AGISSENT PAS EN DISANT "oN NE PEUT RIEN FAIRE" ferai bien de fermer leur gueule et de REJOINDRE UN GROUPE !!!

    Merci Renifleur de réveiller les consciences et d'agir sur le terrain :-))))))))))))))

    RépondreSupprimer
  5. Incroyable, mais Vrai Dieu est toujours Grand. Après plusieurs rejets de ma demande par la banque, j'ai bénéficié d'un prêt grâce à une dame bien honnête . Pour en savoir plus, veuillez simplement prendre contact avec elle par e-mail au : marilinetricha@mail.ru elle offre des prêts de 3 000€ à 3.000.000€ à toute personne capable de le rembourser avec intérêt à un taux faible de 2 % ne doutez pas de ce message. C'est une parfaite réalité. Faites passer le message à vos proches qui sont dans le besoin.
    le remboursement commence 5 mois après avoir reçu votre crédit
    Que Dieu vous bénisse.

    RépondreSupprimer